J’ai passé 18 années à servir sous les drapeaux au sein de régiments parachutistes dont 11 années parmi une unité d’élite : les chuteurs opérationnels de la 11 Brigade parachutiste, appelés aujourd’hui les GCP (héritiers des Commandos de Recherche et d’Action dans la Profondeur : CRAP)

Porter le béret amarante des « Paras » représente pour moi plus qu’un honneur. C’est donc tout naturellement qu’une fois breveté parachutiste, j’ai osé franchir un pas de plus pour rejoindre le cercle restreint des commandos paras ; les fameux Commandos Parachutistes. Les valeurs véhiculées par ces derniers : humilité, discrétion, don de soi et désintéressement ont toujours constitué des repères dans ma vie.

Après avoir effectué un saut en parachute à grande hauteur, la mission principale de cette unité particulière est de préparer la mise en place, des diverses unités parachutistes engagées sur le théâtre d’opération, puis de faciliter, par la suite leur engagement au combat.

La motivation première des GCP est leur goût prononcé pour l’action. C’est pourquoi, ils sont avant tout caractérisés par leur rusticité, leur endurance, leur capacité d’adaptation et le culte suprême qu’ils accordent à la mission. Comme le dit si bien leur devise « More majorum » (à la manière des anciens)

Mes onze années de service au sein de cette unité particulière, m’ont permis de porter les couleurs de la France, dans des zones à haut risque mais le plus souvent au service de la paix.

La nature des sauts effectués à grand hauteur en chute libre de jour comme de nuit avec des charges lourdes (plus de 800 sauts) m’ont souvent mis face à moi-même. C’est la cohésion qui unit chacun des commandos entre eux, qui permet la réalisation des entraînements et des missions délicates.

Bien que j’ai quitté le service actif depuis 2011, toutes ces valeurs sont encore bien présentes dans ma vie quotidienne.

Ces valeurs et qualités acquises au sein du groupement commando parachutiste ont facilité ma reconversion vers la formation d’unité d’élite étrangère. Les techniques spéciales tel que l’aérocordage, le tir, les techniques d’actions immédiates que j’ai acquises au sein des GCP me permettent de dispenser un enseignement au profit de ces forces spéciales étrangères dans un pays lointain sous forme de stage allant de 9 a 21 semaines.

A ce titre, je qualifierais ma reconversion comme palpitante.
 

Malgré ce métier très intéressant, il me manquait toujours cet esprit de cohésion, une ambiance, une confiance entre équipiers sans faille. Cet esprit très particulier, qui fait faire à des hommes ordinaires des choses extraordinaires, conformément à la devise « ce ne sont pas les montagnes, ni les fleuves qui arrêtent l’homme, c’est l’homme lui-même quand il a peur de les franchir ».

Passionné par la moto depuis 1994 et ayant eu par hasard connaissance de l’existence des « French Army Vets », c’est donc tout naturellement que j’ai décidé d’adhérer à cette association car j’y retrouve toutes ces notions qui ont donné un sens à ma vie d’homme.

Le noble combat mené par les FAVS : le soutien à nos forces militaires et ses blessés sous les drapeaux, correspond exactement aux valeurs qui animent ma vie actuellement.

En résumé, chez les FAVS, la moto tout comme le saut en parachute, n’est pas un aboutissement, ce n’est qu’un point de départ vers une nouvelle mission …

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now